Comment bénéficier d’une réduction d’impôts avec l’investissement locatif ?

Depuis des décennies, l’immobilier constitue un des placements préférés des Français. Il est vrai qu’il est facile de transmettre un bien immobilier aux futures générations. De plus, la valeur du bien a tendance à augmenter au fil des années. Sans oublier que vous pouvez le mettre en vente si vous rencontrez des difficultés financières. Enfin, il est possible de bénéficier d’une réduction d’impôts si vous mettez le bien en location et en respectant certaines conditions. À ce sujet, l’État français a mis en place un certain nombre de dispositifs pour encadrer ce genre d’opérations. Découvrez donc les différents dispositifs qui permettent au propriétaire de réduire ses impôts.

Les dispositifs les plus connus du public

Aujourd’hui, il existe un certain nombre de dispositifs qui permettent de profiter d’une réduction d’impôts dans le cadre d’un investissement locatif. Parmi les plus connus et les plus utilisés du public, il faut citer :

La loi Pinel

Ce dispositif permet aux particuliers d’acquérir un logement neuf dont le prix ne dépasse pas 300 000 €. Vous devez ensuite mettre le bien en location à un locataire dont le revenu est limité à un certain plafond. Un décret fixe d’ailleurs ce plafond de loyer tous les ans pour chaque zone d’investissement. Il en est de même pour le loyer. En ce qui concerne la réduction d’impôts sur le revenu accordé par l’État, elle varie en fonction de la durée de location choisie par le propriétaire. Ainsi, si vous louez votre logement pour 6 ans, cette réduction est de 12 % du montant de l’investissement réalisé. Ce taux passe respectivement à 18 % et 21 % pour une durée de 9 et 12 ans. En d’autres termes, le propriétaire peut réduire ses impôts d’un montant maximum de 63 000 € pour son investissement locatif d’un montant de 300 000 € s’il loue le bien pour une durée de 12 ans.

Le dispositif Censi-Bouvard

Il s’agit d’un dispositif loueur meublé non professionnel (LMNP) qui s’adresse aux personnes qui acquièrent un bien neuf dans une résidence avec services. Il peut s’agit d’une résidence pour seniors, pour étudiants ou d’un EHPAD. En outre, elles doivent s’engager à garder le bien en question pendant 9 ans au minimum. En contrepartie, elles ont la possibilité de récupérer la TVA de 20 % sur la transaction d’acquisition. D’autre part, elles obtiennent une réduction d’impôts équivalente à 11 % de la valeur du bien, avec un plafond de 300 000 €. Cette réduction devra toutefois être repartie sur une durée de 9 ans et être limitée à 33 000 €.

 Le dispositif Denormandie

Créé en 2019, le dispositif de défiscalisation Denormandie a pour objectif d’encourager la rénovation des logements anciens situés dans les centres-villes des communes concernées. Il a fait l’objet d’un assouplissement en 2020 afin qu’il puisse concerner la totalité du territoire des communes éligibles. Par ailleurs, ce dispositif propose des avantages fiscaux identiques à la loi Pinel, c’est-à-dire une réduction d’impôts jusqu’à 21 %. De même, les conditions de mise en location sont celles qui s’appliquent pour la loi Pinel. Cela concerne aussi bien le plafond des ressources des locataires que le plafond des loyers et de la durée de mise en location. Pour en bénéficier, vous devez effectuer dans le logement des travaux de rénovation dont le montant s’élève à 25 % du prix de réduction. Ces travaux ont pour objet d’améliorer considérablement les performances énergétiques de votre logement. Il convient de noter que le dispositif Denormandie peut être associé aux dispositifs existants.

Conseils avant de choisir un dispositif

Il est important de souligner qu’il existe d’autres dispositifs de défiscalisation dans le cadre de l’investissement locatif. Mais avant de choisir le dispositif qui vous convient, il faut vous poser un certain nombre de questions. Tout d’abord, vous devez vous demander quels sont les objectifs que vous visez avec votre argent. Ensuite, il faut définir la durée pendant laquelle vous souhaitez investir. En effet, certains produits ne deviennent intéressants qu’au bout de quelques années. Par la suite, vous devez déterminer le niveau de risque pour votre épargne. Certes, certains investissements offrent un rendement élevé, mais le niveau de risque est plus important. La question suivante consiste à savoir si vous investissez avec votre épargne ou en recourant à un crédit. Enfin, il est indispensable de savoir si vous disposez d’une épargne de précaution ou non. Effectivement, tout investissement présente des risques. Ainsi, si le placement ne donne pas le résultat escompté, vous pouvez toujours utiliser votre épargne de précaution pour faire face à vos besoins de la vie courante.