Comment gérer la transmission de son patrimoine ?

Beaucoup de personnes se demandent comment bien gérer la transmission de son patrimoine. Aujourd’hui, vous allez trouver dans cet article les réponses à toutes les questions qui vous tracassent à propos de ce sujet.

Patrimoine : qu’est-ce que c’est ?

Avant de parler de quoi que ce soit, il est important de savoir la définition exacte du terme « patrimoine ». Le patrimoine est l’ensemble de tous les biens d’une personne qui est transmissible à d’autres personnes de son vivant ou après son décès par succession.

Vous devez noter aussi que les dettes font partie du patrimoine d’une personne. Ainsi, le patrimoine net est égal à la différence entre la somme des biens et l’ensemble des dettes.

Plus précisément donc, le patrimoine regroupe les immobiliers, le patrimoine financier, les dettes, le patrimoine financier comme les actions, etc.

Vous savez maintenant la définition de patrimoine. Si vous voulez d’autres compléments d’information, suivez ce lien www.mesquestionsdargent.fr. Mais comment gérer la transmission de son patrimoine ?

Donation de son vivant

Comme déjà mentionnées ci-dessus, deux solutions sont possibles pour transmettre son patrimoine. Dans ce paragraphe, on va voir la première solution.

Faire une donation est avantageux en termes de coût, car vous devez savoir que la transmission de patrimoine a un prix. La donation est exonérée d’impôt jusqu’à une certaine limite, surtout pour la donation d’argent. En ce qui concerne ce dernier, la loi stipule déjà des abattements de montant. Si vous faites de la donation au-delà de ces abattements, vous paierez des frais supplémentaires.

Concernant cet abattement, ce que vous devez savoir c’est que les montants varient en fonction du lien de parenté avec le donateur. Afin de vous satisfaire, voici la liste des abattements de montant avec les liens de parenté correspondants :

Vous avez droit à 100 000 euros si vous voulez faire un don à un enfant, à une personne handicapée, à un parent ; entre époux ou partenaires de Pacs, le montant est de 80 724 euros ; lors d’une donation à un petit enfant, le montant d’abattement est de 31 865 euros ; la donation à une sœur ou un frère ne doit pas excéder 15 932 euros pour jouir de l’exonération d’impôt ; vous pouvez donner à votre neveu ou à votre nièce 7 967 euros ; enfin pour un arrière petit enfant, le montant d’abattement est de 5 310 euros.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais ce sont seulement les essentiels à savoir. En somme, la fiscalité des donations dépend donc du montant à transmettre.

La succession

La succession ne peut avoir lieu que lorsque la personne décède. Ses biens seront transmis à ses héritiers soit par l’effet de la loi soit par la volonté du défunt par l’intermédiaire d’un testament. On va parler davantage de ce dernier dans ce paragraphe, car écrire un testament permet de contrôler la transmission de son patrimoine.

En premier lieu, vous pouvez faire le testament olographe. Ce testament doit être écrit, signé et daté par le testateur. Le mieux est de demander l’aide d’un notaire pendant sa rédaction, car quelques règles sont à respecter.

Ensuite, vous avez la possibilité de dicter ce que vous voulez à un notaire et en présence de 2 témoins. C’est ce qu’on appelle testament authentique.

Les frais de succession dépendent de la modalité que vous allez choisir. Mais en règle générale, les frais sont à calculer en fonction de la répartition du patrimoine selon la loi, de l’application des abattements de montant, de l’application des barèmes et des réductions déjà prévues par la loi.

En guise de conclusion, la bonne gestion de la transmission de patrimoine se fait de son vivant par l’intermédiaire des deux méthodes citées ci-dessus : soit par donation soit par un testament.